Le Projet

Ce carnet Hypothèse documente le projet de recherche-création intitulé Mycelium Garden soutenu et financé par l’EUR ArTec et La Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.

Résumé

Le sol est un impensé : perçu comme surface, sa vie intérieure est ignorée (Selosse 2021). Pourtant le mycélium, organisme souterrain végétatif (Francis 2020), longtemps pensé comme inerte (Sheldrake 2021), forme des réseaux d’interactions inter-espèces complexes et indispensables au vivant (Selosse 2000). Ce réseau non-humain et non-plante relie et enchevêtre animaux non-humains, végétaux et humains dans des agencements vitaux, dynamiques et communicants (Tsing 2017). Des chercheurs ont découvert très récemment, par une analyse multicanale, la complexité des systèmes de transmission du signal électrique dans ces réseaux. La mise au jour de ces signaux demande un calibrage technique très fin. L’extrême diversité de ces communications peut être comparée à la complexité de langages humains, en la surpassant (Dehshibi et Adamatzky 2021). Dans un projet artistique d’attention pour le vivant (Nova 2022), comment rendre sensibles et audibles les dimensions invisibles et imperceptibles, l’altérité-même (Maris 2018) de ces micro voire infra-phénoménologies d’êtres organiques perçus comme inertes ? Nous relaterons une expérience de recherche-création qui tente de rendre audible et sensible ce réseau dans un processus de composition musicale avec le mycélium. Cette recherche questionne la technique et les architectures IA en tant qu’interfaces non-humains/humains dans une tentative de révélation et de reconnaissance de l’autre en tant qu’autre. L’analyse de la création de ces objets servira à repenser la communication entre espèces, conçue non pas comme un processus fondé sur une culture commune et une intentionnalité mais comme une forme de co-production de sens par « ajustement des différences » (Guillo 2019). Nous interrogerons les enjeux esthétiques des formes générées de manière automatique ou, dans ce cas, guidées par des processus non-humains, en montrant la fragmentation et la dissolution de l’intentionnalité dans ce type de productions, qui synthétisent et explorent des niches inexplorées de nos espaces culturels.

Présentation du projet (ArTec)

Rencontre avec Diane Schuh, paysagiste expérimentale et musicienne.
Lauréate en 2023 de l’appel à projets recherche de l’EUR ArTeC pour son projet Mycelium Garden, Diane Schuh explore des manières de faire jardin en musique.

Pour en savoir plus sur le projet Mycelium Garden :
eur-artec.fr/projets/mycelium-garden/
Vidéo : © 2024 – EUR ArTeC / Beatriz Ciliberto
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search